16 février 2011

Il y a du monde !

Mumbai (ex. Bombay) est la ville la plus densément peuplée d'Asie avec 27.000 habitants au km².

Sachant qu'un kilomètre carré fait 100 hectares (100 x 100 m), ça fait 270 habitants à l'hectare.
Sachant de plus qu'un hectare fait 100 ares (10 x 10 m), ça fait 2,7 habitants à l'are.
Sachant qu'un are fait 100 mètres carrés, ça fait 0,027 habitants au mètre carré.

On ne se rends pas bien compte quand même, donc comparons avec mon cas !

Voilà qui est curieux : j'ai un appartement de 38 mètres carrés dans lequel je vis seule. Celà donne une densité de :

1 habitant : 38 mètres carrés = 0,026 habitants au mètre carré. Donc, je suis à peine mieux logée que les habitants de Bombay, même ceux qui dorment sur les trottoirs. Il est même probable que ceux-ci ont plus de place que moi.

N.B. : ceux qui me connaissent reconnaîtront ici ma mauvaise foi la plus totale !!!


17 décembre 2010

Soiree entre amis

Hier soir jeudi, nous nous sommes reunis entre amis d'il y a vingt ans chez Bipin. Seul Milind manquait, qui a des problemes de sante. Nous avions achete de la biere (oh la la !) et commande du biriyani, du riz avec du poulet, plat du nord de l'Inde. Nous avons bien discute, meme si la plus grande partie de la soiree etait en marathe, langue que je persiste a ne parler que sous la torture. Puis je suis allee dormir chez Prasad, dans sa nouvelle maison.

Une chose est certaine : le niveau de vie a terriblement monte en Inde. Bipin a une voiture, Prasad, Milind et Vikas aussi. Prasad continue a se deplacer en moto, il trouve ca plus pratique. D'ou des deplacements avec moi en passagere arriere, sans casque, ce n'est pas encore obligatoire a Pune ! Tout le monde dans mes connaissances a un portable et un ordinateur.

Avec l'augmentation du niveau de vie, je trouve que les indiens que je connais soignent plus leur interieur. Il y a vingt ans, la peinture semblait manquer, les murs etaient defraichis. Maintenant, c'est murs impeccables, jolis meubles et decorations diverses.

Ce matin, j'attendais que Maya me telephone pour notre sortie a Pandharpur. Ouf, ca marche, ce n'est pas trop tot pour reserver, c'est demain.

Sinon, j'ai eu aussi un petit probleme d'appareil photo. Conclusion apres x tests : mon appareil n'accepte que les piles Duracell. Le luxe, quoi ! Il remarche maintenant et je suis soulagee.

 

Mots clés : , , - Posté par fpenven à 13:27 - J - Inde - 2010 - Donnez votre avis [1]

22 novembre 2010

Une très mauvaise nouvelle

Maya, que je connais maintenant depuis 21 ans est célibataire - ce qui est rare en Inde - et avait un petit appartement dans lequel j'ai habité quelques jours. Deux pièces dont une cuisine équipée d'un bac à douche au rez-de-chaussée d'un de ces très vieux immeubles aux murs épais près de Shaniwar Wada, le fort de Pune. Deux lits servant de canapés dans la pièce principale, un réchaud à gaz et une cocotte minute dans la cuisine, l'équipement y était sommaire mais l'ambiance extra. Nous y avons passé de longues soirées à discuter. J'en avait gardé un très bon souvenir.

Maya tenait l'appartement de ses parents. Elle m'avait expliqué que c'était difficile car trop petit. Quand les femmes de la famille voulaient se changer, il fallait mettre les hommes dehors.

J'en ai aussi gardé un autre souvenir : les WC étant à l'extérieur, Maya (et moi par la même occasion) faisions la "petite commission" dans la douche. Ca semblait normal, je ne sais pas si ça l'est, je n'ai jamais rencontré de famille sans WC en Inde. 

Voilà que je téléphone à Maya pour lui demander si par hasard elle peut m'héberger un ou deux jours. Elle me répond que non car son immeuble a brûlé ! Rien que ça. Elle personnellement n'a pas eu de problème. Bien sûr, mon hébergement n'est pas le plus important, j'ai d'abord pensé à Maya, mais depuis quelques jours, je repense à cet appartement si sympa malgré son dénuement. Pourquoi faut-il que tout soit impermanent ?


 

Mots clés : , - Posté par fpenven à 18:45 - D - Anecdotes et blagues - Donnez votre avis [0]

10 décembre 2006

Concours du plus beau tableau électrique

En Inde, et je ne sais pas pourquoi, on a l'habitude de regrouper à un endroit unique les interrupteurs de toutes les lumières et équipements électriques de la pièce. Ces tableaux électriques ne sont ni esthétiques ni pratiques. C'est même une très fâcheuse manie quand on n'est pas de la maison. Supposons qu'on veuille allumer l'électricité dans la salle de bain. On essaie d'abord l'interrupteur 1, flûte, ce n'est pas le bon, c'est celui de la table de nuit, puis l'interrupteur 2, tiens, le ventilateur se met en marche, mais ce n'est pas ça que je voulais, puis l'interrupteur 3, puis l'interrupteur 4 ... Notons de plus que lesdits interrupteurs sont montés à l'inverse de ceux de la France : quand un interrupteur est ouvert en France, il est fermé en Inde. On finit dans un état d'extrême angoisse : je vais finir par tout faire sauter !

Voici deux photos pour vous convaincre de la réalité du problème : un cas simple, tout d'abord ...

DSCN0271__600_x_450_

et un cas nettement plus ardu :

DSCN0363__600_x_450_

Bien souvent, et après x tentatives, il ne vous reste plus qu'à aller faire pipi dans le noir ... urgence oblige !

Mots clés : - Posté par fpenven à 13:50 - F - Vie quotidienne - Donnez votre avis [0]

08 décembre 2006

Séchage du linge en hauteur

Une habitude qui commence doucement à disparaître en Inde, c'est le séchage du linge en très grande hauteur, dû probablement au manque de place. Les Indiens accrochent très souvent une barre à dix centimètres du plafond (!), et je défie quiconque d'arriver à y faire pendre quelque chose, sauf à prendre une chaise. Alors, comment s'y prennent -ils ?

Ils prennent le sari, la chemise, la serviette ... et plient méticuleusement cette pièce de tissu en accordéon jusqu'à ne plus obtenir qu'une largeur de 15 cm environ. Puis ils posent le bout du tissu sur un bâton, en le laissant déborder de peut-être 10 cm, montent le bâton jusqu'à la barre, et une fois le tissu sur la barre, déplient le tout. Du grand art, vous dis-je !

DSCN0268__600_x_450_

Il y a donc dans les maisons un bâton à pendre le linge.

Dieu merci pour moi, le "Tancarville" a fait son apparition en Inde parce que dans certains cas, je passe  pour une infirme, même pas capable de mettre un tee-shirt à sécher !

Mots clés : - Posté par fpenven à 12:58 - F - Vie quotidienne - Donnez votre avis [0]


02 décembre 2006

Des armoires en fer et des valises

En Inde, presque tous les appartements ont une armoire en fer - que je trouve d'une laideur extrême - de type coffre-fort, et dont le propriétaire conserve soigneusement la clef. Si vous avez de la chance, cette armoire s'entr'ouve pour laisser apparaître une magnifique collection de saris en soie ou des objets plus précieux, tels l'argenterie. A l'intérieure de cette armoire se trouve de plus encore un mini-coffre ... qu'est-ce qui qui peut bien s'y trouver ? Mystère ! Cette partie ne s'est jamais ouverte pour moi. Comme l'usage de compte bancaires est récent en Inde, je pense que doivent y figurer l'argent et les bijoux.

DSCN0233__600_x_450_

Bien souvent, au dessus, on stocke les valises et les cartons. Les valises, car les Indiens adorent voyager, et de plus avec des tonnes de bagages. Les appartements sont petits, je n'ai jamais vu de caves, la place manque et le stockage se fait en hauteur. Ce n'est que dans les rarissimes appartements modernes au design européen que disparaissent ces deux éléments indispensables, l'armoire en fer et les valises. Ce que je trouve d'un manque total d'esthétisme ne semble pas troubler la majorité des Indiens.

Mots clés : - Posté par fpenven à 16:27 - F - Vie quotidienne - Donnez votre avis [1]

27 novembre 2006

Vue sur un bidonville de Bombay

Mes amis de Bombay, Babu et Rohini sa nièce, habitent maintenant, dans un quartier nommé Charcop, une nouvelle résidence dans laquelle leur appartement se situe au neuvième étage, orienté à l'ouest. Ils ont donc une vue plongeante sur une lagune et sur le bidonville établi en contrebas. Toute la journée, on peut voir ses habitants se laver, faire chauffer les repas, travailler, on entend les cris des enfants qui jouent (ils ne semblent pas être scolarisés). C'est uniquement au moment des grandes marées d'équinoxe que l'eau arrive jusqu'au bidonville. Celui-ci n'a pas ni eau courante - voir dans la deuxième photo le trou d'eau - les femmes vont chercher de l'eau potable un peu plus loin, ni toilettes.

DSCN0225

 

DSCN0224

 

DSCN0223

Mots clés : , - Posté par fpenven à 18:53 - F - Vie quotidienne - Donnez votre avis [0]

22 octobre 2006

Se laver en Inde

Question trouvée dans les mots-clés des recherches de mes lecteurs. En effet, j'aurais déjà dû traiter ce sujet depuis longtemps. Je ne parlerai pas ici des salles de bains modernes avec chauffe-eau, mais uniquement des salles de bain traditionnelles.

En Inde, la salle de bains est extrêment simple. C'est une petite pièce - dans certains cas même, un coin d'une pièce avec un rebord - où on ne trouve rien sinon un robinet d'eau froide (quand les gens ont l'eau courante) et un trou d'évacuation. Ajoutons-y parfois un crochet au mur pour y suspendre ses vêtements. Il faut aussi un seau et une sorte de pichet pour s'asperger.

1) Faire chauffer l'eau par tout moyen en votre possession (bois, gaz, ...) et la verser dans le seau. Ajouter de l'eau froide pour ne pas se brûler. Les Indiens aiment en général l'eau assez chaude.

2) Se déshabiller. Mettre ses vêtements au sale dans une cuvette ou par terre, essayer de suspendre ses vêtements propres quelque part, ou du moins de les mettre à l'abri des éclaboussures.

3) S'asseoir ou rester debout au choix et commencer à s'asperger d'eau avec le pichet en commencant par le haut du corps. Ne pas trop utiliser d'eau à cette occasion (je vous rappelle qu'en général, il n'y a qu'un seau d'eau).

4) Passer au savonnage, long et minutieux avec les mains (les Indiens ne connaissent pas le gant de toilette).

5) Aborder le rinçage toujours de haut en bas.

6) Séchage. Les serviettes sont en coton extra léger, pas en éponge comme en France, car elles n'arriveraient jamais à sécher pendant la mousson. Mais comme le sol est mouillé et que vos vêtements propres malgré vos précautions sont aussi un peu mouillés, le résultat n'est pas fantastique. Ce qui a peu d'importance, vu la chaleur ambiante. Donc, se rhabiller légèrement humide.

- Attention, le sol des salles de bain en Inde est glissant ! De nombreux accidents ont été constatés.

- Au Maharastra, il existait de magnifiques chauffe-eau en cuivre qui fonctionnaient aux braises de charbon de bois. Très souvent, ils sont maintenant branchés sur le secteur et transformés en chauffe-eau électriques. Mais voilà, parfois, il y a des pannes d'électricité ... 

 

Mots clés : , , - Posté par fpenven à 20:27 - F - Vie quotidienne - Donnez votre avis [1]

25 août 2006

La cuisson des aliments en Inde

stove

En Inde, contrairement à la France, l'équipement et l'énergie pour la cuisson des aliments sont extrêment variés et dépendent beaucoup du niveau de vie des habitants. Voici la liste, du plus rural au plus high-tech :

- la bouse de vache séchée, énergie renouvelable,
- le bois, en théorie, énergie renouvelable, mais en pratique, la déforestation en Inde est très importante et le reboisement insuffisant,
tous deux dans un foyer à ciel ouvert, entraînant fumées et poussière toxique. Utilisation à la campagne.

- le kérozène, énergie non renouvelable car venant du pétrole
utilisé dans un mini-réchaud (risque d'explosion si mal manoeuvré). Utilisation en ville ou dans les endroits où le bois est rare.

- le gaz en bouteille, énergie non renouvelable,
utilisé dans un réchaud deux feux (très fréquent). Les vraies cuisinières avec four sont rares.

- l'électricité. Je n'ai jamais vu une seule cuisinière électrique. Ce choix est-il dû aux nombreuses pannes de courant ? par contre le four à micro-ondes a fait son apparition en Inde.

Enfin deux tentatives intéressantes :

- le four solaire. Energie renouvelable et gratuite.A installer sur la terasse hors mois de mousson. C'est une grand caisse peinte en noir, avec un miroir pour réorienter les rayons du soleil à l'intérieur de la caisse où cuissent doucement les aliments. Peu cher, mais des réticences à l'utilisation : est-ce adapté à la cuisine indienne ?

- le bio-gaz. Produit à partir des gaz (genre méthane) des fosses d'aisance, permet une sorte de "gaz de ville" dans des petits villages. Encore très rare, cher à l'installation, mais une fois celle-ci effectuée, énergie renouvelable et gratuite.

Mots clés : , - Posté par fpenven à 18:20 - F - Vie quotidienne - Donnez votre avis [0]

20 août 2006

Des HLM ... merveilleux !

Pierre_Collinet      <-- la Pierre Collinet à Meaux

bidonville     <-- Bidonville à Bombay

Quand un ami indien passe chez moi à Meaux, je lui fais faire le tour de la ville : la cathédrale, le centre historique, le quartier du marché le samedi, en évitant toutefois soigneusement la halle à la viande et au poisson, car j'en ai vu certains - totalement végétariens - au bord de l'évanouissement à l'idée de contempler un bon rosbif ...

Avec Rahul, je suis allée plus en profondeur dans ma ville en lui montrant les divers quartiers HLM. Puis je l'ai amené à la Pierre-Collinet, réputée pour être un des 400 quartiers en grande difficulté de France, en lui annonçant que ce quartier était - selon la population - le pire quartier de Meaux. Nous nous somme donc retrouvés devant une barre de quinze étages et là ... il était, comment dire, tout à la fois émerveillé, écoeuré, au bord des larmes. Il ne pouvait pas comprendre que de si beaux immeubles soient le pire du pire ...

Quand on arrive de Bombay où la majorité de la population "habite" dans la rue, sous des espèces de tentes, ou dans d'immenses bidonvilles, la vue d'HLM français est merveilleuse ! J'ai eu du mal à le convaincre, chiffres à l'appui, que le taux de chômage y était monstrueux, les impayés de loyer nombreux, que les écoles aux alentours avaient un niveau plus bas que les autres ... que la misère peut être plus dans les têtes que dans le matériel.

Mots clés : , - Posté par fpenven à 17:10 - D - Anecdotes et blagues - Donnez votre avis [0]