27 octobre 2012

Le mariage en plus de 350 versions

 

160x600

En Inde, et sauf exception, on se marie dans sa caste et sa sous-caste. 

Je vous ai trouvé une magnifique publicité pour une agence matrimoniale on-line qui affiche sur sa page 2 plus de 350 sous-divisions de l'"homo indianicus". Un vertige m'a prise devant cette accumulation de noms !

Notons que dans cette publicité, les Brahmanes sont en haut de la liste. Hasard ?

Je me suis demandé dans quelle sous-division j'allais bien pouvoir me mettre en tant qu'étrangère. Les castes classiques ne me convenant pas, je suis allée chercher dans "Autres". La division "mariages chrétiens" (Christian marriages) ne me branchait pas trop ... Finalement, j'ai trouvé ! Et oui, pour moi, la division "mariages militaires" (Defence marriages) me va comme un gant, mon père ayant été dans l'armée toute sa vie. L'armée, une caste comme une autre, quoi !

Mots clés : , - Posté par fpenven à 12:48 - F - Vie quotidienne - Donnez votre avis [0]


17 mai 2012

Ils sont fous d’abréviations, ces Indiens !

Le gros problèmes quand vous commencez à lire des journaux indiens, ce sont les abréviations. Les Indiens en mettent partout.

J'ai donc décidé d'en faire un petit recensement, en voici déjà certaines révélatrices de la structure sociale et économique du pays :

SC    Scheduled castes

ST    Scheduled tribes

OBC  Other backward classes

BPL   Below poverty line

OPL  Over poverty line

25 décembre 2010

Caste ou pas caste ?

Cette année a eu lieu en Inde un recensement de la population, comme tous les dix ans. Plus d'un milliard d'habitants, je ne vous dit pas le travail. Voila ce qui en reste sur les portes des habitations :

DSCN0844  

 

Le problème cette année était de savoir si l'indication de la caste doit aussi faire partie des informations collectées.

- Certaines personnes sont le fruit d'un mariage inter caste. Dans quelle case les mettre ?

- La notion de caste a été abolie en Inde.

- Mais pour des actions de discriminations positives envers les basses castes et les dalits (intouchables), qui elles existent bien, cette information est nécessaire.

Juste pour mémoire : en France, les statistiques sur l'origine ethnique sont interdites.

 

Mots clés : , - Posté par fpenven à 20:07 - B - Généralités / économie / religion - Donnez votre avis [3]

17 octobre 2006

Aller chez le coiffeur

En Inde, pour les femmes, aller chez le coiffeur est une tendance récente. Les Indiennes gardent les cheveux longs et seules celles de la middle-class commencent maintenant à abandonner la traditionnelle (très) longue natte dans le dos.

Quand je suis en Inde, j'en profite pour aller chez le coiffeur :
- J'ai le temps,
- Ce n'est pas cher mais alors pas cher du tout,
- Ça me permet de voir un peu plus "derrière le rideau" !

Évidement, mes amis indiens n'ont rien contre. Mais, alors qu'ils sont très modernes par ailleurs, on dirait qu'il leur reste ... des restes de système de caste. Pour commencer, il faut se rappeler que les barbiers, coiffeurs étaient/sont encore dans les bas-fonds des castes arriérées. D'où une gêne sensible au sujet des coiffeurs (dans mon cas, des coiffeuses) :

- Mon amie va chez la coiffeuse, mais celle-ci est "asiatique", chinoise ou coréenne. A vrai dire, je n'ai jamais vu de coiffeuse indienne.
- Elle insiste lourdement pour que je me lave les cheveux à la maison avant d'aller chez la coiffeuse, laquelle se contentera de les humidifier avant de les couper. L'argument est imparable : c'est moins cher ! Argument qu'en tant que française, je trouve d'un radinisme excessif et qui ne lui ressemble pas. J'ai essayé de lui dire qu'une coupe de cheveux seulement humides ne donnait pas un très bon résultat, mais mon contre-argument n'a pas porté. Bon, je me plie au sien. Mais je sens bien qu'il y a quelque chose de "pas net" derrière.  En Inde, tout se qui a rapport au corps se décline sur la dialectique du propre et du sale ...

Mots clés : , , - Posté par fpenven à 20:02 - D - Anecdotes et blagues - Donnez votre avis [1]

15 octobre 2006

Conversion des dalits (intouchables) au Boudhisme

Le système hindou des castes n'a pas disparu de l'Inde, loin s'en faut, aussi, les dalits (nommés auparavant intouchables) ont tendance à changer de religion et à adopter le Boudhisme pour échapper à leur épouvantable condition sociale. Le grand précurseur de cette initiative fut le Dr Ambedkar, dalit lui-même, qui malgré de nombreuses difficultés réussit à étudier et à devenir un juriste célèbre. On lui doit la constitution de l'Inde. Il étudia les différentes religions du pays, y compris le Catholicisme et l'Islam et ne trouva que le Boudhisme comme religion plaçant tous les êtres à égalité. Il s'y converti et son acte entraîna la conversion de nombreuses autres personnes. Ce mouvement se poursuit encore aujourd'hui. 

********************************************************************************************

GULBARGA (Karnataka): More than 3,000 Dalits on Saturday embraced Buddhism at an impressive ceremony here on Saturday, synchronising with the golden jubilee of Dr B R Ambedkar's conversion to Buddhism.

Marking the change of faith, the Dalits were administered the oath by Bante Bodhi Dhama, a Buddhist monk from Japan.

Preceding the ceremony, "Buddha Dharma Deeksha Pratigne", a huge procession led by more than 500 monks, was taken out through the city streets.

Karnataka Pradesh Congress Committee President Mallikarjun Kharge and former Union Minister Srinivas Prasad addressed the gathering.

Bante Bodhi Dhama said Buddhism safeguarded the interests and well-being of all human beings without any discrimination. There was no room for superstitions in Buddhism. (c'est moi fpenven qui souligne)

Times of India, 14.10.06

********************************************************************************************

Mots clés : , - Posté par fpenven à 11:30 - B - Généralités / économie / religion - Donnez votre avis [1]

12 août 2006

Témoignage d'une paria de l'Inde du sud

Un livre à lire absolument :

viramma

Une vie paria - Le rire des asservis, Viramma, Josiane et jean-Luc Racine, Terre Humaine

Quatrième de couverture : A l'ombre de la société indienne vivent ceux qu'on appelait jadis les Intouchables, ceux que Gandhi désignait comme fils de Dieu, ceux qui aujourd'hui se définissent de plus en plus comme dalit, les écrasés, les opprimés. Dans la région de Pondicherry, on les appelle paraiyar, un nom que les voyageurs européens ont transformé en paria.

Livrée par sa caste au devoir ancestral de soumission, Viramma, Paria villageoise, nous dit ici sa vie, ses craintes, ses aspirations. Avec son admirable vitalité, avec sa langue crue et son talent de conteuse, sans misérabilisme, elle éclaire ce que sont l'enfance, la femme, le couple, le pouvoir des dominants, la passion des hommes, l'incertitude du lendemain. On entre avec elle dans la boue des rizières, mais aussi dans le monde des esprits et des dieux, des jeteurs de sort, des rêves de délivrance.

Dans ce que dit cette voix de l'ombre, résonne aussi le rire des asservis, parfois tragique, parfois de dérision,parfois amer, souvent franc, un rire que forgent la force de vivre et la grandeur des dominés, un rire qui transfigure le destin, sur la difficile voie de l'émancipation.

Document annexe de Jean-Luc Racine (PDF) : VIRAMMA

Mots clés : - Posté par fpenven à 10:00 - F - Vie quotidienne - Donnez votre avis [2]